Economie française : les secteurs qui ne souffre pas de la crise

Les vieux métiers et métiers de bouches

Contrairement à ce que l’on peut penser, les vieux métiers et métiers de bouches, qui exigent un savoir-faire particulier, ne souffrent pas de la crise. Ainsi, on apprendra que les bouchers sont très demandés étant donné que la main d’œuvre se fait de plus en plus rare malgré une demande constante, voire croissante. Il en va de même pour les poissonniers.
Les coiffeurs sont eux aussi très sollicités et des milliers de salons peinent à recruter malgré un intérêt certain pour le métier. Et oui, à ce jour, aucune machine ne peut remplacer un coiffeur. Les services des salons de coiffure voient ainsi leurs tarifs augmenter régulièrement et leurs offres s’élargir de jour en jour : proposition de boire un verre sur place, de se faire masser, salon-concert etc.

Le bâtiment et les nouvelles technologies

De tous les secteurs, le bâtiment est sans aucun doute celui qui souffre le moins de la crise. Le travail est souvent dur, parfois dangereux, et les recrutements se comptent par milliers quotidiennement.
Les secteurs des nouvelles technologies recrutent également de nombreux ingénieurs dans différents domaines. Le marketing en ligne quant à lui, est devenu absolument indispensable. Les métiers relatifs à la communication sur le web et les réseaux sociaux sont en vogue, et pour cause : ils sont indispensables et apportent une réelle valeur ajoutée à l’entreprise.
Enfin, le développement d’applications pour tablettes et Smartphones semble infini : chaque idée peut se transformer en outil ludique ou indispensable. Ainsi, ce sont des dizaines de milliers d’emplois qui sont régulièrement créés dans le monde.